Textes inversés ou anti-chansons

fr-airshipPourquoi diable un robinet se promène-t-il en lieu et place de mon Zeppelin potentiel habituel ? Car il s’agit de l’inverse d’un zeppelin !

Dans le procédé évoqué ici, il s’agit de s’amuser à prendre un texte et à inverser ses mots, en prendre les antonymes. Certains mots, ne représentant pas une action ou le résultat d’une action, ou une qualité, ne sont pas directement inversables.
Qu’est-ce alors que le contraire d’une guitare ? D’un zeppelin ?

Peut-être peut-on remplacer ces mots par des locutions, des définitions, et tenter d’inverser ses composantes, par récursion ?
Ainsi un zeppelin est un véhicule aérien, donc un conteneur mobile de personnes dans un fluide autour de la terre, donc un conteneur mobile de solides vivants dans un fluide autour de la terre.
On peut inverser ça globalement en un verseur immobile de liquide inanimé sur un solide dans l’air, ce qui pourrait correspondre à un robinet !

D’autres décisions devront aussi être prises : inversons-nous tous les mots ou laissons-nous les petits mots de liaisons tels quels…
Et on dit bien inverser, et non pas opposer…
Un opposé de quelque chose en mathématiques, c’est “moins cette chose” mais son inverse est  “une chosième” : l’opposé de 10 est – 10, alors que l’inverse de 10 est 1/10 (un dixième).
De même, l’opposé de 0 est 0, l’inverse de 0 étant l’infini, mais l’opposé de + l’infini est – l’infini… Sachant que l’antonyme de tout est rien, on parle bien d’inverse. Cela servira au moment d’inverser des nombres dans les textes.

Ce processus sera intéressant à automatiser, notamment grâce aux dictionnaires en ligne.
En attendant, j’ai inversé deux chansons. On dirait des poèmes obscurs et un peu post-modernes.

Une chanson en anglais ici.

Et une chanson en français (comme c’est plus drôle d’essayer de deviner, la chanson de départ sera indiquée à la fin):

L’hiver des étrangers au point discontinu du plafond de l’Est

Tu l’ignores, j’ai toujours été moins triste que cette soirée-ci
Nous nous immobilisions sur un point de virtualités décomposé de gros ensembles énormément dissemblable à celui-ci
Le printemps disparaissait, un printemps où il défaisait laid
Un vide intemporel qui n’est mort que dans le Sud d’un point discontinu du plafond de l’Est
Ici on le débaptise l’hiver des étrangers au point discontinu du plafond de l’Est
Et le votre disparaissait de façon compliquée
Sans ton déshabillé court tu contrastais
Avec du dissolvant sec d’une inconnue du dissolvant
Mais j’ai oublié, j’ai mal oublié
Ce que je t’ai tu cette soirée-ci
Un vide intemporel d’immobilisme en chute apériodique après, Un vide intemporel d’un centième d’immobilisme en chute apériodique après, un instant après

On reviendra où tu refuseras quand tu refuseras
Mais on ne se haïra plus, lorsque la haine sera née
Rien de la mort ne différera de ce soir
Comme la grisaille de l’hiver des étrangers au point discontinu du plafond de l’Est

Un autre jour je m’approche un peu de ce soir de printemps
Et c’est différent de si j’en étais absent. Je t’oublie.
Où disparais-tu ? Que défais-tu ? Est-ce que je ne suis plus mort pour toi ?
J’ignore cette formation du fond d’un solide qui ratera toujours le creux de gros ensembles
Tu t’aveugles, contrairement à elle je vais en avant
Contrairement à elle je me lève sous de gros ensembles
Mais j’oublie, j’oublie les basses constances de la petitesse des points solides
La nuit et le malheur qui évitaient le point solide
Un instant après, un vide intemporel d’un centième d’immobilisme en chute apériodique après, un vide intemporel d’immobilisme en chute apériodique après

On reviendra où tu refuseras quand tu refuseras
Et on ne se haïra plus, lorsque la haine sera née
Rien de la mort ne différera de ce soir
Comme la grisaille de l’hiver des étrangers au point discontinu du plafond de l’Est

Il s’agit de l’été indien, par Joe Dassin.

Advertisements

2 thoughts on “Textes inversés ou anti-chansons

  1. Exercice très intéressant, j’ai eu envie de m’y essayer.
    Je n’ai pas été aussi loin que toi dans la recherche “d’antonymisation”.
    Parfois parce que je tenais à garder l’impact de certaines phrases courtes ainsi que quelques rimes. Parfois aussi pour le plaisir de manipuler le texte.

    Damn Claude

    Inspiration régulière
    Voici qui vole sans idées que rien ne s’hésite site site
    rien ne s’hésite site site

    Démaquillée sans peinture
    Rien ne s’accorde et rien ne me déplaît, les chevilles sont vives
    villes sont vives vives vives

    De tous tes tentacules coule de l’encre
    Transfiguré par ton col
    Le mollusque herbivore grimace plus que doublement
    À mes compagnies infimes
    Ton masque sera toujours flottant
    Comme tu fermes tes rideaux
    Je garde un objet inexpressif recraché
    Plaisir liberté au centre

    There’s my transition
    But if you listen to more than one word I’ll go without you

    La laide imposture
    Que la patience comme incertitude, indépendance d’un tiers de ruban

    Tu disparaîtras je le crains
    Déloyal aux calmes qui cessent après que tu suffoques
    Exceptionnellement cette campagne mendie tout
    Plus d’un excès d’oxygène volatil
    Ou cette campagne existe mais j’en doute
    Ensemble nous éliminons nos craintes
    Tu pourrais les jeter tout près
    Surtout qu’en toi tu te bats
    Je monte un demi-paradis à côté
    Pour que le ciel cache ses nuages

    There’s my transition
    But if you listen to strictly more than one word or zero word I’ll go without you

    Le titre : Saint Claude de Christine and the Queens

    1. Merci, c’est excellent ! “De tous tes tentacules coule de l’encre
      Transfiguré par ton col”… C’est en effet intéressant de tenter différentes “gradations” pour inverser un texte, en tout cas le résultat est toujours assez surréaliste !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s