Psychologie Potentielle – Nouvelle

fr-airshipUn petit texte écrit très récemment… En français pour l’instant.

Psychologie Potentielle

– Docteur, dites…
– Oui, chère Madame… ?
– Madame Martin.
– Je vous écoute.
– Pourchassée par petit problème particulièrement pénible, pénalisée, plutôt…
– C’est à dire ? Votre élocution est-elle en cause ? Votre diction est plutôt étrange, si je puis me permettre.
– Madame, mes mots me manquent, mille mélopées, mille mélodies me menacent, me maîtrisent même…
– Vos mots ?
– “C” commencent clairement ces crétins !
– Je vois…
– Plaisantez pas, par pitié !
– Mais je ne me moque pas, enfin !
– En effet, excusez… Énorme émotion explique énervement…
– Pas de soucis… Mais j’aimerais en savoir plus.
– Précisément pour présente phrase, “P” prend première place partout !
– Ah oui, tout commence par “P” !
– Mais “M” mène mes mots maintenant !
– Je crois comprendre… Un trouble verbal vous oblige à commencer tous les mots de vos phrases par la même lettre ! Enfin, tous les mots d’une phrase ou bien tous les mots de votre réplique entière ?
– Dernière déduction, docteur…
– C’est moins pratique encore…
– Raison, rendement : rien ! Réellement relou !
– Et est-ce la première fois que vous faites appel à un docteur pour ce trouble ?
– Précisément… Pourquoi pas précédemment ? Par peur psychologues : peur psy pas parler, pénible pour prononcer partout pareilles premières parties… Peur psy pioncer, peur praticien pouffer, peur panique, peur plus pouvoir parler…
– Je vois, mais il n’y a aucune raison de vous inquiéter, je vais tout faire pour que votre situation s’améliore ! Oh, j’y pense, l’écriture est-elle plus facile que la parole pour vous ?
– Non, non, nullement…
– Et qu’en est-il des langues étrangères ? Le français est-il votre seule langue ?
– Anglais, allemand aussi…
– Je suppose que votre trouble s’exprime également dans ces langues ?
– Oui, obsession omniprésente…
– Mais par exemple, selon vous, un japonais qui présenterait le même problème parlerait-il en utilisant seulement les mêmes signes, donc les mêmes syllabes, en début de mot ou bien utiliserait-il uniquement le premier son ?
– Peux pas prédire…
– Oui mais par exemple, en français, un mot qui commence par “Ph” comme pharmacie, est-il associé à des mots commençant par “P” ou par le son “F” ?
– Par” P”.  Preuve par phrase précédemment prononcée : “pour présente phrase, ‘P’ prend première place partout !” Puis par phrase présente !
– Oui, c’est vrai. J’ai une idée : faites-moi une phrase avec le mot “phasme”, s’il vous plaît.
– Phasmes, papillons, puces : petits pépères ptérygotes ! Pas problématique pour parler !
– D’accord, mais que se passe-t-il si une faute d’orthographe se glisse dans une de vos premières lettres ?
– Oublier orthographe originelle ? Omission odieuse !…
– Oui ?
– Avoir à articuler assertion avortée avec alphabet approprié !
– Mais du coup, si vous dites quelque chose à propos d’un mot qui commence par une lettre rare, comme un K ou un W, cela doit être problématique !
– Kiwi kleptomane kiffe kangourou kayakiste…
– Hum…
– Peut prendre périphrase, plutôt ! Plus pratique !
– Certes !
– Mignon marsupial mélanésien…
– Le kangourou arboricole ? Joli. Mais reprenons. Depuis quand ce trouble vous handicape-t-il ?
– Maints moments… Moult, moult mois maintenant…
– Mais comment a-t-il débuté ?
– Comment cela commença ? Chez cours continuant collège !
– Au lycée ?
– Les lettres louvoyaient, lapidaient la libido littéraire. La liberté latente laissait les lycéens lorgner lentement leurs leçons, lire leurs lignes lamentables…
– Oui je me rappelle aussi, un manque de direction, de repères dans une époque aux références littéraires très diverses… Une maîtrise imparfaite de la langue, des élèves oppressés par des exemples glorieux et multiples du passé…
– Bien… Balbutiements bêtes, besoin bouder blabla banal, besoin beaucoup bravades, besoin barrières…
– Oui, la contrainte peut être, paradoxalement, source d’inspiration… Mais alors que les oulipiens y trouvent un plaisir, la contrainte vous lie, vous asphyxie ! Vous n’êtes plus capable de vous exprimer sans elle. L’Oulipo, cela vous dit quelque chose, au moins ?
– Aucunement… Aussi, alphabet à acquérir…
– O. U. L. I. P. O. Ouvroir de littérature potentielle. Ou la contrainte pour encourager la création…
– Contrainte ? Création ? Challenge charmant !
– Oui mais voilà, visiblement, la vaccination par injection d’Oulipo vous a manqué on dirait… Il vous aurait fallu découvrir ces œuvres plus tôt, cela aurait été bien plus facile pour comprendre ce qui peut être amusant dans les mots et la littérature ! Je vais vous prescrire quelques livres de Georges Perec pour commencer. Peut-être que progressivement, des contraintes différentes moduleront vos phrases, vous laissant ainsi plus de flexibilité ! Votre expression se libérera !
– Vraiment ? Vilain virus verbal va vaquer ? Verrai victoire ? Vous vérifierez ?
– Oui, je tiens à vous entendre régulièrement ! Voici donc une ordonnance pour “la Disparition” de Georges Perec. Ensuite je conseille “les Revenentes” ou “la Vie Mode d’Emploi”,  et d’autres auteurs : du Jacques Roubaud, du Anne F. Garréta, du Raymond Queneau, de l’Italo Calvino, etc.

[Deux mois plus tard]

– Allô…
– Oui, docteur Roussel à l’appareil…
– Oui, bonjour, ici Joanna Martin…
– Ah Joanna, mais vos phrases semblent normales, on dirait !
– Non, non, pas tout à fait… L’articulation n’apparaît toujours pas sans soucis, mais moins qu’avant. Un mot n’a plus à ouvrir sur un son commun au mot d’avant !
– Très bien ! Mais quelle contrainte est-ce là… Je ne vois pas encore…
– Mon joug parait issu d’un roman qui m’aida à fond, “la Disparition”.
– Mais bien sûr, il n’y a plus de “E” dans vos phrases ! Quel beau lipogramme !
– Et “E” est également énoncé en entame !
– Donc Georges Perec vous a permis d’élargir votre spectre de contraintes !
– Toubib, bravo, thank you ! Mais pourquoi vos soupçons sont-ils si bons ? La vaccination par Oulipo… Qui aurait pu savoir ?
– C’est que… C’est très personnel mais… J’ai souffert de la même chose que vous… Cependant, j’ai réussi à guérir complètement, je pense…
– Pour tout ?
– Oui, mais voici un secret : parfois, je ne peux pas m’empêcher d’utiliser des petites contraintes cachées et peu visibles, très discrètes, juste pour m’amuser ! Je dois maintenant m’occuper d’un autre patient, alors à bientôt !

Advertisements

4 thoughts on “Psychologie Potentielle – Nouvelle

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s