Bibliothèques de Babel

fr-airshipCertaines de mes bibliothèques de fiction préférées sont assez improbables : des livres magiques dans Harry Potter, des labyrinthes médiévaux dans Le Nom de la Rose, des rayons dignes d’Escher dans American McGee’s Alice, une planète – bibliothèque dans Doctor Who…

Quelques artistes ayant décidé de jouer avec les bibliothèques paradoxales et métaphysiques ont trouvé l’inspiration dans La Bibliothèque de Babel, de Jorge Luis Borges (1941).

https://bloodymurder.files.wordpress.com/2011/03/ficciones.jpg?w=167&h=284

Dans la nouvelle de Borges, l’univers entier est une bibliothèque géante contenant tous les livres possibles, dans des salles hexagonales. Même si une telle bibliothèque est en théorie finie, le narrateur, un habitant mourant de la bibliothèque, pense qu’elle est infinie et est composée de séquences répétées à l’infini de tous les livres possibles de 410 pages de 40 lignes de 80 signes, parmi 25 signes possibles. Il y a donc au moins 25 puissance 1312000 livres dans la bibliothèque !

La plupart des livres n’ont aucun sens – et certains pensent qu il est vain de chercher un sens dans un livre – mais comme tous les livres possibles existent dans la bibliothèque, cette dernière contient aussi forcément toutes les autobiographies possibles, vraies ou fausses. Certaines personnes décidèrent de se mettre en quête de prédictions, même si la probabilité de trouver un livre décrivant leur vie était proche de zéro. La plupart des humains, sachant qu’il était impossible de savoir quel livre disait vrai ou quel livre disait faux, se désespérèrent, tandis que certaines sectes bibliothécaires détruisirent les livres qui ne voulaient rien dire.

On ne peut que penser au paradoxe du singe savant, qui dit que si l’on donne à un singe un temps infini pour taper sur un clavier, il finira par écrire les œuvres complètes de Shakespeare. Certains sites génèrent des textes aléatoires pour essayer d’émuler une bibliothèque de Babel.

Une pièce de Shakespeare apparaitra en effet dans la bibliothèque de Babel, mais cette dernière est inutile en terme d’information fournie, puisque toutes les possibilités sont représentées. Seule l’imagination de Shakespeare a permis à Hamlet ou Macbeth d’être “trouvés”.

Borges lui-même s’est inspiré de Kurd Lasswitz et de son histoire de 1904 “La Bibliothèque Universelle” (“Die Universalbibliothek”).

Erik Desmazières a créé quelques œuvres en clin d’œil au Piranèse pour une édition illustrée de la nouvelle de Borges.

https://i2.wp.com/www.johncoulthart.com/feuilleton/wp-content/uploads/2013/02/library3-big.jpg
Erik Desmazieres, Bibliothèque de Babel

Un vertige hexagonal :

https://i0.wp.com/www.johncoulthart.com/feuilleton/wp-content/uploads/2013/02/library5-big.jpg
Erik Desmazieres, Bibliothèque de Babel
https://i2.wp.com/www.johncoulthart.com/feuilleton/wp-content/uploads/2013/02/library6-big.jpg
Erik Desmazieres, Bibliothèque de Babel

John Coultard dit dans un article (je traduis) :

Les livres de la bibliothèque de Borges ne contiennent pas d’illustrations mais au moins un d’entre eux décrirait ce livre-ci. Un autre décrirait ce livre avec une petite variation dans une image ; un autre décrirait des illustrations de la bibliothèque par MC Escher, et par le Piranèse, et par Salvador Dalí, etc…

Le photographe français Jean-François Rauzier s’est aussi inspiré de Borges quand il a créé quelques unes de ses hyper-photographies renversantes, les Bibliothèques Idéales.

https://i0.wp.com/www.rauzier-hyperphoto.com/wp-content/uploads/2014/07/Bibliotheque-Babel-2013-180x300cm..jpg
JF Rauzier, Bibliotheque Babel, 2013

Ici, les pièces hexagonales décrites par Borges trouvent un écho dans ces quasi-ruches qui mettent l’accent sur le caractère presque industriel d’une bibliothèque aussi exhaustive.

D’autres créations magnifiques de Rauzier ici et .

Casanatense, 2010180x300cm.
JF Rauzier, Casanatense, 2010

Pour revenir à ma liste de bibliothèques de fiction, deux d’entre elles sont clairement inspirées par la bibliothèque de Babel.

La bibliothèque médiévale et labyrinthique du Nom de la Rose a été en partie inspirée par Borges, a dit Umberto Eco, son auteur. Cet aspect a été intelligemment mis en valeur par la photographie piranésienne du film de Jean-Jacques Annaud.

https://i2.wp.com/www.girvin.com/blog/wp-content/uploads/2011/02/inception_05.jpg
Le Nom de la Rose, Jean-Jacques Annaud, 1986

La planète bibliothèque de La Bibliothèque des Ombres dans Doctor Who saison 4 (épisodes 8 et 9) pourrait aussi être un hommage à l’univers bibliothèque.

Forest of the Dead (2)La différence est que dans Doctor Who tous les livres possibles n’existent pas, “seulement” quasiment tous les livres écrits.

Dans Interstellar, par Christopher Nolan, 2014 /Attention Spoilers si vous n’avez pas vu le film/,

la bibliothèque multidimentionnelle que le héro utilise pour communiquer avec sa fille est aussi une référence à Borges, comme expliqué ici.

https://i0.wp.com/www.wired.com/wp-content/uploads/2014/10/1d_shelves_f.png

La bibliothèque du rêve dans la série de BD Sandman, par Neil Gaiman (depuis 1989), n’aurait peut-être pas existé sans la bibliothèque de Babel, affirme Neil Gaiman dans El Pais.

La bibliothèque de Lucien contient tous les livres que les gens ont rêvés, même s’ils ne les ont pas écrit par la suite.

https://i0.wp.com/conferences.alia.org.au/newlibrarian2003/library_images/dream_library.gifLà-bas, vous pouvez trouver des livres potentiels comme Le Chemin Perdu de Tolkien – un rêve qui n’est malheureusement jamais devenu réalité.

Je ne sais pas si Geneviève Cogman s’est inspirée de Borges mais j’ai beaucoup aimé ses idées dans The Invisible Library (La bibliothèque invisible), 2015.

https://i1.wp.com/d.gr-assets.com/books/1416823893l/21416690.jpg

L’héroïne, Irene, est une Bibliothécaire qui travaille pour la Bibliothèque, une organisation gigantesque qui existe dans une dimension différente de celle de tous les autres univers du multivers. Irene est une espionne, son travail est d’aller dans des univers pour récupérer soit des “livres uniques” à leur univers – ce qui est rare et spécial – soit des variantes rares ou significatives de certains livres. Par exemple, les contes de Grimm pourraient exister dans des versions légèrement – ou complètement – différentes selon l’univers dans lequel ils ont été écrits.

Dans l’article en Anglais original, un commentaire m’a permis de visiter une autre bibliothèque fantastique, cette fois-ci plutôt une librairie dans une bande-dessinée tchèque assez émouvante appelée “Sve knjige svijeta” (tous les livres du monde) : http://imgur.com/a/gsnka

J’aime à quel point cette idée d’une bibliothèque totale ou universelle puisse encore se décliner de façon originale par les créateurs. Évidemment, je dois aussi ajouter toutes Ies bibliothèques citées ici à ma liste d’endroits à visiter – mais peut-être pas la bibliothèque de Babel originelle qui a conduit tant d’êtres au désespoir.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s