Category Archives: Automatic Writing – Generated Writing

Canal of Consciousness

EN

This is an “automatic” text, using the same stream of consciousness method I used here, for instance.

I wrote it in August/September 2015, when I was looking for a job in the London area, and thinking about living in Camden – I do now!

***

Flickering lights over all those bricks, I trick and play while I rent for mercy and delightfully stumble upon a dark material made of black rubber and velvet. I wish I could stay in those daydreams where I wander aimlessly along wide canals and shallow waters, full of dirty roads when the mind just goes blank.

I foresee the cast of an Iron Will, when I just can go everywhere and throw away anything that I ever made in Paris, where I wish to retain only a portion of what was left after you. Curly, long fingertips brush on silky skin while a shark takes its toll on a giant road full of stacks.

Be careful, my dear, for you are losing any hope you ever had of retaining a semblance of normalcy. Chaos, chaos everywhere, and it leads to a darker shade under the willow tree, the bridge where dreams and reality meet.

You stand proudly on a derelict path, waiting for your destiny to unfurl. Faithful to the last newcomer, you dwell in the suburbs full of hate and shame until you just can’t breathe anymore, your lungs full of crime and blame. Raise your anger my friend, see the red light broadening your way, guiding you to the place among the places, the one you were avoiding and craving for at the same time.

Advertisements

Textes inversés ou anti-chansons

fr-airshipPourquoi diable un robinet se promène-t-il en lieu et place de mon Zeppelin potentiel habituel ? Car il s’agit de l’inverse d’un zeppelin !

Dans le procédé évoqué ici, il s’agit de s’amuser à prendre un texte et à inverser ses mots, en prendre les antonymes. Certains mots, ne représentant pas une action ou le résultat d’une action, ou une qualité, ne sont pas directement inversables.
Qu’est-ce alors que le contraire d’une guitare ? D’un zeppelin ?

Peut-être peut-on remplacer ces mots par des locutions, des définitions, et tenter d’inverser ses composantes, par récursion ?
Ainsi un zeppelin est un véhicule aérien, donc un conteneur mobile de personnes dans un fluide autour de la terre, donc un conteneur mobile de solides vivants dans un fluide autour de la terre.
On peut inverser ça globalement en un verseur immobile de liquide inanimé sur un solide dans l’air, ce qui pourrait correspondre à un robinet !

D’autres décisions devront aussi être prises : inversons-nous tous les mots ou laissons-nous les petits mots de liaisons tels quels…
Et on dit bien inverser, et non pas opposer…
Un opposé de quelque chose en mathématiques, c’est “moins cette chose” mais son inverse est  “une chosième” : l’opposé de 10 est – 10, alors que l’inverse de 10 est 1/10 (un dixième).
De même, l’opposé de 0 est 0, l’inverse de 0 étant l’infini, mais l’opposé de + l’infini est – l’infini… Sachant que l’antonyme de tout est rien, on parle bien d’inverse. Cela servira au moment d’inverser des nombres dans les textes.

Ce processus sera intéressant à automatiser, notamment grâce aux dictionnaires en ligne.
En attendant, j’ai inversé deux chansons. On dirait des poèmes obscurs et un peu post-modernes.

Une chanson en anglais ici.

Et une chanson en français (comme c’est plus drôle d’essayer de deviner, la chanson de départ sera indiquée à la fin):

Continue reading Textes inversés ou anti-chansons

Reciprocal texts: anti-songs

ENWhy on Earth is a tap flying here instead of my usual airship? Because it’s the reverse of an airship !

It’s fun to try to revert a text’s words, to take their antonyms. Some words do not represent an action, its result or a quality, and thus cannot be reversed directly.
So what is the reverse of a guitar? Of an airship?

Maybe we can try to recursively replace those words by their definitions, until we can reverse it?
An airship is an air vehicle, so a mobile container of people, inside a fluid around the earth, so a mobile container of living solids in a fluid around earth.
We can try to reverse it as a still lifeless liquid pouring thing, over a solid, in the air, which might be a tap!

We’ll also need to define if we want to reverse everything or not the small linking words…
By the way, I’m talking about reciprocal texts in the title, and not opposite texts.
Indeed, mathematically speaking, the opposite of a thing is “minus this thing” while its reciprocal is “one thingth” : the opposote of 10 is -10, while the reciprocal of 10 is 1/10 (one tenth).
Likewise, the opposite of 0 is 0, its reciprocal being the infinity, but the opposite of + infinity is – infinity… As “everything”‘s antonym is “nothing”, we’re talking about reciprocals here (multiplicative inverses). It might be useful when we try to reverse numbers in the texts.

This process will be very interesting to automatise, thanks to online dictionaries for instance.
In the meantime, I manually reversed two songs. It really makes them sound like post-modern, obscure poems.

A French one can be found here.

And an English-language song (whose original title can be found below – no spoilers!):

Continue reading Reciprocal texts: anti-songs

Texts I could have written – Generated Sentences (Markov Chains)

ENIn April, I wrote a text generator in Python – find here the article in French – long live Markov Chains! I can now generate sentences by feeding my generator with my texts – here in English.

Roughly, my algorithm will compute the probability of my writing some words in my texts, after Word 1 and Word 2. For instance, in my texts, after “It is”, let’s say there is a 10% chance of  having “obvious”, 20% “raining”, 25% “a”, and so on. Thanks to this data my generator will choose words according to those probabilities. If my generator first chooses “It is” as the beginning of a sentence, there is a 10% chance the next word will be “obvious”, 20% “raining”, etc.

The resulting sentences are often funny, always very surreal.

Selected generated sentences:

“I will be me. I was twelve, the trend in art was realistic descriptions of the deep maze inside… Recovered memories suddenly propagate, What he recalls from her throws him in a modernist museum.”

Continue reading Texts I could have written – Generated Sentences (Markov Chains)

Jabberwocky: Language Detection and Gibberish

ENWritten Language Detection

Creating an algorithm to guess the language of a text can be very useful – for instance, say you have a multilingual RSS feed and want a text-to-speech software to pronounce the sentences, for instance:

Continue reading Jabberwocky: Language Detection and Gibberish

Archives – Vieux poèmes de l’école primaire

fr-airship

Quand j’étais à l’école primaire, j’aimais beaucoup écrire des poèmes, parfois en utilisant des techniques d’écriture automatique. C’est assez drôle à retrouver !

CE1/CE2

L’ÂME DES MOTS

La beauté de la nature
rend pur,
pour tout dire

Quand l’âme des mots s’en mêle
les poèmes sont frêles

Mais quand le bleuet se dévoile
L’avenir n’est plus que voile

Ne restent alors que des mots de prose.

Continue reading Archives – Vieux poèmes de l’école primaire

Textes que j’aurais pu écrire – Phrases générées grâce aux chaînes de Markov

fr-airship

En Avril, pour un petit jeu, j’ai écrit en Python un générateur de textes – vive les chaînes de Markov ! Mais du coup j’ai aussi généré des phrases en nourrissant le générateur de la plupart de mes textes et projets – ici en français.

En gros, mon algorithme note les probabilités d’avoir tel ou tel mot dans mes textes, après Mot 1 et Mot 2. Par exemple, après “Il est”, mettons qu’il y ait 10% de chances dans mes textes que le mot suivant soit “évident”, 10 % “propre”, 5% “courroucé”, etc. Ensuite grâce à cette base, le générateur va choisir des mots avec les probabilités indiquées. Si le générateur a choisi “Il est” pour commencer la phrase, il y a 10% de chances que le mot suivant soit “évident”, et ainsi de suite.

J’ai ainsi créé quelques phrases parfois comiques, qui ressemblent à ce que j’écris, mais en un peu plus surréaliste… Je vais essayer d’en générer à partir de mes textes en anglais, mais ce sera pour plus tard.

Extraits choisis :

“Alessandro invita la jeune fille qui put sortir des lèvres de Lilith.”

“Une autre femme sort de la journée dans un orphelinat, sans que l’on voit dans une immense salle de sécurité de la présence d’un boa gigantis.”

Continue reading Textes que j’aurais pu écrire – Phrases générées grâce aux chaînes de Markov

Ecriture Automatique

fr-airshipVoici le pendant de cet article, cette fois-ci en français.

J’y écrivais que certains de mes premiers textes d’enfant on été écrit en utilisant cette technique. Je ne savais pas alors que les surréalistes l’avaient nommée, cela me venait juste naturellement quand je cherchais l’inspiration ou que j’étais d’humeur poétique. J’ajoute souvent une fine couche d’auto-censure, en fait je peux essayer de moduler cette couche selon mes besoins. A la fin, je retravaille le texte en enlevant les fautes de langue.

Voici un texte généré il y a deux ans, où après une longue période sans utiliser cette technique je luttais un peu avec ma technique d’auto-censure, donc j’ai fait des coupes :

Laissons ce flot de paroles insipides et agiles se fondre dans le tracas incessant des bruits de la ville, alors que sous les toits gelés et pentus une ombre sourde se pend au firmament. Une onde indicible et mélancolique parcourt ce paysage embrumé tandis que la plaine monotone défile sous nos yeux de chat ébahis. Pourquoi donc a-t-on besoin de se retrouver ainsi, perdus au milieu de cette forêt sempiternellement intéressante mais malencontreuse ?La vertu n’aura de cesse de nous aider à fonctionner dans cet univers étrange où ne pénètrent que de rares enfants tristes mais heureux malgré tout d’être là, car la souffrance n’est pas de mise dans ce lieu immense qui rassemble et recueille la lie de notre société, qui démange et ronge tel le souffre d’un volcan congelé. C’est ainsi que font les oiseaux, quand ils prennent leur envol et veulent se fondre dans la masse malhabile de ce trou à rat sans aucun intérêt […]. J’ai le droit de prendre ce que je n’ai pas laissé, je peux faire ce que je veux de ma vie sans craindre le ridicule ou les commérages bidons de la foule enflammée de mes souvenirs. La fatigue approche et avec elle la haine. L’amour a trop de peine à se reconnaître dans ce train de marchandise au visage saturé de basses hideuses et le lit appelle la trêve de sa langue de feu si spéciale.

Surrealist Automatic Writing

English

From as far as I can remember, I’ve always liked to use automatic/free writing. Some of my first texts, written when I was in primary school, were created using this technique.
I had no idea at this time that the surrealists had named such a technique, it just came naturally to me when I was looking for inspiration or when I was in a “poetry” mood.

When I use this technique, I actually often add a layer of semi-conscious self-censorship. I think I can work with a “range” of censorship, the first layer being allowing myself just a fraction of a second to notice I’d like to censor a particular word and use the next word that comes to my mind, for instance. If I like the outcome, I can then work on it by removing spelling mistakes, etc.

I discovered very recently that “automatic writing”in English refers mostly to a paranormal writing technique. In this post I only refer to a writing/prewriting technique, coming straight from my own brain 🙂

A year and a half ago, I tried to write “automatically” in English, instead of my usual French. It contains a lot of Doctor Who references I couldn’t help my pen to write :p

Here is the result:

Continue reading Surrealist Automatic Writing